Recherche de recettes

Santé & Mieux-être
Nous en mieux

Nous en mieux

Publié dans Châtelaine de novembre 2010 © Les Éditions Rogers ltée

Aujourd’hui, on s’épile, on se blanchit les dents, on se fait tatouer, on applique de l’autobronzant, de la crème antirides et parfois même du botox… Voyez comme notre apparence a changé, au cours des années!

© Getty / George Marks

Toutes à poil!
La guerre aux poils féminins ne date pas d’hier. Dans les années 1960, on se rase les jambes, les aisselles et le bikini – juste ce qui dépasse du maillot. Dans les années 1970, on s’abonne à l’épilation à la cire chaude ou froide. Sans grand succès, on essaiera aussi les bidules motorisés douloureux comme l’Épil-lisse, qui arrachait les poils avec un ressort. Puis, l’électrolyse devient la méthode par excellence pour se débarrasser des poils une fois pour toutes. Mais comme c’est fastidieux, on la réserve à de petites zones (moustache, aisselles ou bikini).

Les années 1970, c’est aussi le Flower Power et la beauté au naturel. On assume la toison pubienne. On n’élaguera ce buisson que vers la fin des années 1980. Au fil des ans, on épile de plus en plus, passant de la mode du « triangle américain » à la « brésilienne », puis au « ticket de métro » (dès 1992). La dernière tendance? L’épilation intégrale du triangle de Vénus, cette fois au laser, technologie définitive et moins douloureuse qui a révolutionné l’industrie de l’esthétique. « Depuis deux ans, 75 % de nos clientes se font épiler le pubis », souligne Julie Ellis, des Cliniques du Corps Skins. Une tendance qui touche davantage les femmes de moins de 35 ans.

« Page précédente
1 - 2 - 3 - 4 - 5
Page suivante »

Laisser un commentaire

  • DE NOS COMMANDITAIRES
     
    Section publicitaire spécialement consacrée à celles qui bâtissent le Québec économique d’aujourd’hui et de demain.
  • RESTEZ À L'AFFÛT !
    Abonnez-vous gratuitement à nos cyberbulletins, devenez fan de Châtelaine sur Facebook ou suivez-nous sur Twitter !

    Cyberbulletins Facebook Twitter

© 2010