Recherche de recettes

Rétrospective

On en a fait du chemin

Publié dans Châtelaine de novembre 2010 | © Les Éditions Rogers ltée

Cinquante ans. C’est le temps qu’il a fallu aux femmes d’ici pour prendre possession de leur vie. Cette révolution a été si tranquille qu’on l’oublie déjà. Celles qui ne l’ont pas vécue ne savent plus d’où leurs aînées sont parties et le chemin qu’elles ont dû défricher. Il est important de retracer cette histoire.

Cinquante ans après, plus de 80 % des femmes ont un métier ou poursuivent une carrière, inimaginable hier encore. Un bond incroyable, puisque, alors, à peine 15 % d’entre elles gagnaient leur vie. Des « garde-malades » et des « maîtresses d’école » pour la plupart. Cette ruée des femmes vers le bureau ou l’atelier constitue l’un des changements majeurs du XXe siècle. Les gestionnaires d’entreprises, chirurgiennes, avocates et ingénieures ne se comptent plus. On ne s’étonne pas davantage de croiser des policiers, des chauffeurs d’autobus ou des pilotes d’avion en jupe. Combien de femmes d’affaires sont leur propre patron? Leurs mots clés : indépendance et égalité.

Que diable s’est-il passé pour que, en si peu de temps, le monde de la reine du foyer s’écroule comme un château de cartes et que celui de ses filles s’emballe littéralement? En feuilletant les vieux numéros de Châtelaine, j’ai mesuré le chemin parcouru. Étrange sensation de regarder sa vie défiler en tournant les pages jaunies d’un magazine. J’ai souri en lisant que 30 ans était l’âge du « dernier sursaut avant la déchéance physique définitive ». Et j’ai grincé des dents en voyant que, dans son courrier du cœur, Jovette encourageait une femme battue par son mari à la patience résignée. Puis, tout doucement, sans effaroucher les lectrices, les idées nouvelles ont commencé à s’immiscer dans le magazine. Ainsi s’indignait-on que le salaire moyen d’un homme fût de 70 $ par semaine et celui d’une femme, de 30 $. Un beau jour, la rédactrice en chef Fernande Saint-Martin a créé tout un émoi en se prononçant pour la pilule contraceptive. Un acte courageux, car « empêcher la famille » était alors péché mortel.

© Don Farrall / Jupiter

Les trois parents de la pilule
Margaret Sanger a fondé la Birth Control League américaine en 1921, ainsi que les premières cliniques de planning familial. Elle a trouvé l’argent pour financer le chercheur Gregory Pincus, qui avait découvert que l’injection de progestérone bloquait l’ovulation chez les femelles animales. Pincus a travaillé avec John Rock, un médecin catholique père de cinq enfants, qui voulait aider les femmes infertiles à concevoir. Ensemble, ils ont mis la pilule au point en 1956. Merci!

 

 

« Page précédente
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12
Page suivante »

Laisser un commentaire

2 commentaires à « 

On en a fait du chemin

 »
  1. 2

    lune 55 a dit :

    Je me souviens tres bien du temps ou le mari était ROI et maitre comme femme qui avait toujours gagner ma vie toute une surprise de se faire traiter comme une personne pas capable de rien faire en plus servir a toute les sauces au besoin de mons les repas a son gout que c était une frustations oui le monde a changer pas mieux les femmes en 2010 sont encore tres tres soumise dommage ca vas pas vite de se faire respecter ca prend bien temps avant que les femmes se revolte ca passe par la finace encore

  2. 1

    Helene Courchesne a dit :

    Quel merveilleux article que celui de Mme Lachance. On y retrouve l’historienne qui relate l’historique du combat des femmes au Québec, couplé au talent de la romancière qui nous raconte une histoire fabuleuse. Tout le numéro est en fait un véritable bijoux et pièce d’anthologie ! Merci à vous Mme Lachance et à tout l’équipe de Châtelaine !

  • DE NOS COMMANDITAIRES
     
    Section publicitaire spécialement consacrée à celles qui bâtissent le Québec économique d’aujourd’hui et de demain.
  • RESTEZ À L'AFFÛT !
    Abonnez-vous gratuitement à nos cyberbulletins, devenez fan de Châtelaine sur Facebook ou suivez-nous sur Twitter !

    Cyberbulletins Facebook Twitter

© 2010